Un salarié arnaqué de 25 millions de dollars lors d’une visioconférence avec son directeur financier, soupçonné d’avoir été généré par IA

Un employé du secteur financier a été victime d’une escroquerie sophistiquée lors d’un appel vidéo, se retrouvant à payer 25 millions de dollars à des escrocs se faisant passer pour le directeur financier de l’entreprise. La police de Hong Kong a confirmé que l’arnaque a été réalisée à l’aide de la technologie deepfake, une technique qui modifie des vidéos pour faire apparaître des personnes dans des situations qui ne se sont jamais produites.

L’employé a été convaincu de participer à un appel vidéo avec des membres du personnel, y compris le directeur financier. Selon la police, tous les participants étaient en réalité des créations de deepfake. Ils ont réussi à convaincre l’employé de transférer un total de 200 millions de dollars de Hong Kong, soit environ 25 millions de dollars américains. La victime a effectué un total de quinze transferts avant de découvrir que l’arnaque était en cours.

La police a révélé que cette arnaque est la première du genre à Hong Kong et a également impliqué une importante somme d’argent. Les éléments modifiés par l’IA pour créer la fausse vidéo ont été générés à partir d’anciennes conférences en ligne authentiques. Pour ajouter de la crédibilité à l’arnaque, les escrocs ont également utilisé WhatsApp, des e-mails et des vidéoconférences individuelles avec le personnel local. Les autorités ont identifié six suspects dans cette affaire.

Cette escroquerie n’est que l’un des nombreux exemples dans lesquels la technologie deepfake a été utilisée pour manipuler des vidéos et des images publiques afin de soutirer de l’argent. L’expansion de l’utilisation de cette technologie soulève des préoccupations quant à la facilité avec laquelle de telles escroqueries peuvent être commises.

La fréquence croissante des deepfakes dans des domaines sensibles comme les élections politiques est préoccupante. Des experts de l’intelligence artificielle ont averti que les prochaines élections présidentielles américaines en 2024 pourraient être exposées à une « tempête » de fake news et de vidéos trafiquées. Il est clair que des mesures doivent être prises pour lutter contre ces abus technologiques avant qu’ils ne deviennent incontrôlables.

Cette affaire met également en lumière la nécessité de former les salariés à reconnaître et à éviter de tels pièges. La vigilance et la prudence restent essentielles pour se prémunir contre les risques croissants liés à la technologie deepfake. Il est impératif que les entreprises prennent des mesures pour sensibiliser leurs employés à ces menaces et leur fournir les outils et les stratégies nécessaires pour les éviter.

Laisser un commentaire