Prédiction futuriste: Les robots sexuels contrôlés par l’IA, une menace pour les relations humaines ?

Des futurologues prédisent que les robots sexuels pilotés par l’IA remplaceront les relations humaines, mais les critiques mettent en garde contre les dangers potentiels, dont la dépendance.

Les progrès technologiques remarquables des dernières décennies ont déjà réduit les relations interhumaines au profit des interactions numériques. Mais les choses pourraient encore empirer : les futurologues prédisent que dans un avenir proche, les humains n’auront peut-être même plus besoin d’autres humains pour avoir des relations sexuelles. Ils affirment que les robots sexuels pilotés par l’IA devraient pouvoir jouer le rôle de partenaire sexuel. Ils estiment également que le marché de la sextech et du bien-être sexuel atteindra une valorisation de près de 3,3 milliards de dollars d’ici 2033. Il est actuellement évalué à environ 576,5 millions de dollars.

Les appareils électroniques comme les téléviseurs, les tablettes, les ordinateurs, les smartphones, etc. ont tous un pouvoir de séduction qui donne envie de les utiliser. Au fil des années, ces gadgets ont progressivement réduit le temps que les humains consacrent aux interactions réelles, qu’il s’agisse de tâches amusantes, de socialisation, de travail ou de formation. De plus, Internet, les réseaux sociaux, l’IA, la robotique, la réalité virtuelle semblent offrir des opportunités infinies et ouvrir de nouvelles façons d’interagir les uns avec les autres. Cela permet aux futurologues de faire de nouvelles prédictions sur les interactions sociales, y compris les relations sexuelles.

Les futurologues prédisent désormais que les humains n’auront bientôt plus besoin d’autres humains pour avoir des relations sexuelles. Ils pensent que les interactions avec l’IA deviendraient aussi satisfaisantes que les interactions réelles et que les robots sexuels pilotés par l’IA pourraient bientôt remplacer les partenaires humains. En 2019, une société appelée AI-AItech a inventé un robot sexuel humanoïde doté de « cavités thoraciques » pour imiter la façon dont un humain respire, afin que le robot ne semble pas insensible. Elle a nommé son robot « Emma » et lui a donné la capacité de contrôler ses membres comme une vraie personne. Ian Pearons, un futuriste, a prédit que d’ici 2050, les relations sexuelles entre humains et robots dépasseront les relations sexuelles entre humains. Et les futurologues ne sont pas les seuls à le dire. S’appuyant sur l’argument de Pearson, une autre futuriste, Tracey Follows, a déclaré : Au Japon, un grand nombre de jeunes hommes préfèrent déjà entretenir des relations avec leurs assistants numériques, leurs avatars ou leurs petites amies holographiques, plutôt que de gérer la complexité des relations dans la vie réelle. Et cette tendance ne fait que se renforcer. Les mêmes tendances ont été observées par YouGov aux États-Unis.

Un sondage YouGov de 2017 a révélé que près de la moitié (49 %) de la population adulte américaine s’attend à ce que d’ici 40 ans environ, les relations sexuelles avec des robots deviennent monnaie courante. Selon le rapport, les robots anthropomorphes et hypersexualisés ne font plus seulement l’objet de fantasmes de science-fiction et les amateurs de mécanique devraient devenir de plus en plus réalistes et technologiquement avancés. Pour les Américains ouverts à l’idée d’avoir des relations sexuelles avec un robot, l’apparence de la machine est cruciale (52 % déclarent que les robots devraient ressembler à un être humain).

Selon les futurologues, ces tendances devraient propulser le sous-secteur de la sextech dans une nouvelle ère. La Sextech est un néologisme désignant l’ensemble des nouvelles technologies (sextoys, robots sexuels, sexe virtuel, pornographie…) centrées sur la sexualité humaine. Des téléphones roses aux robots sexuels, la sextech a parcouru un long chemin. Les futuristes pensent qu’en considérant la façon dont l’IA générative évolue et améliore la façon dont nous interagissons avec les environnements qui nous entourent, nous sommes progressivement entrés dans l’ère des petites amies et des robots sexuels facilement pilotables par l’IA. disponible.

Ainsi, étant donné la vitesse à laquelle l’IA évolue, ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un crée un robot sexuel très réaliste. Follows, professeur à l’Université du Staffordshire (Royaume-Uni) et auteur de The Future of You, a déclaré que les relations entre les humains et les robots sexuels pilotés par l’IA deviendront bientôt la norme acceptée sous la bannière de l’inclusion. Dans un avenir proche, les gens pourront accéder à un vaste éventail de pratiques sexuelles dans lesquelles le corps ne sera plus une limitation, et avoir une petite amie virtuelle sera considéré comme acceptable dans le cadre de la diversité, a déclaré Follows. Mais les prédictions sur les cyberamoureux et le sexe dans le cyberespace sont-elles réalistes ou relèvent-elles uniquement de la science-fiction ? Le sondage réalisé par YouGov a révélé que la plupart des Américains n’étaient pas convaincus que les relations sexuelles avec un robot devaient être considérées comme des relations sexuelles traditionnelles. Seuls 14 % des adultes américains considéreraient les relations sexuelles avec un robot comme des rapports sexuels, tandis qu’un sur trois (33 %) les considérerait comme de la masturbation. Et 27% des personnes interrogées estiment qu’aucune des deux catégories ne rend justice à la loi.

De plus, les personnes interrogées dans le cadre d’une étude réalisée en Grande-Bretagne en 2018 ont déclaré que les robots sexuels ne résoudraient pas le sentiment de solitude. Il n’est pas prouvé que les besoins en matière de confidentialité seront satisfaits. Il pourrait y avoir une aggravation de la détresse. Bien qu’un humain puisse sincèrement désirer un robot sexuel, la réciprocité ne peut être qu’« imitée artificiellement », notent les auteurs de l’étude. D’autres critiques rejettent l’idée d’avoir des relations sexuelles avec des robots pilotés par l’IA et mettent en garde contre la dépendance que ces robots pourraient créer chez les humains. Selon eux, cela risque de détruire ce qui reste de société. Regardez comment des entreprises comme TikTok ont ​​déjà réussi à capter l’attention humaine grâce à des algorithmes qui déclenchent la dopamine. Une IA conçue pour n’avoir d’autre but que de vous plaire sera littéralement addictive pour les humains. Bien sûr, il sera également proposé dans le cadre d’un modèle inflationniste d’abonnement à vie, avec des publicités obligatoires, des conditions d’utilisation folles, etc., note un critique. Un autre a

Laisser un commentaire