Peut-on craindre une baisse de l’intelligence due à cette innovation technologique ? Les inquiétudes du professeur Umberto Domínguez de l’université de Monterrey

Le chercheur Umberto Domínguez de l’Université de Monterrey vient de publier un article inquiétant sur le potentiel déclin de notre intelligence à cause de l’intelligence artificielle (IA). Domínguez exprime ses préoccupations quant à la possibilité que l’IA agisse comme une « prothèse cognitive » pour les humains, effectuant des tâches cognitives à leur place. Selon lui, une dépendance excessive à l’IA pourrait conduire à un affaiblissement des capacités cognitives humaines, compromettant ainsi la pensée critique et la créativité.

Des chercheurs de l’Université de Sheffield ont souligné que l’IA a des limitations par rapport au cerveau humain. Ils ont mis en avant des différences inhérentes qui empêchent l’IA de penser comme les humains. Par exemple, le cerveau humain est intrinsèquement lié aux éléments physiques, ce qui lui permet d’avoir une perception et une interaction directes avec le monde réel. De plus, notre cerveau est développé selon une architecture spécifique, ce qui n’est pas le cas des modèles d’IA. Selon l’étude, l’IA peut apprendre des modèles complexes à partir de données, mais elle n’a pas de connexion avec le monde réel, ce qui est crucial dans la réflexion humaine.

L’article de Domínguez appelle à une prise de conscience de la nécessité de stimuler activement les capacités intellectuelles, soulignant que le développement cognitif nécessite une participation active et ne peut pas compter uniquement sur l’assistance technologique. Il met en garde contre le fait que des technologies comme ChatGPT pourraient rendre les individus complaisants et négligent les tâches cognitives essentielles.

Le professeur Domínguez considère que l’IA pourrait agir comme une « prothèse cognitive », offrant aux humains la possibilité de déléguer leurs tâches cognitives aux machines. Toutefois, il met en avant les risques potentiels liés à cette dépendance excessive à l’IA, soulignant le risque de déclin de nos capacités intellectuelles indépendantes.

L’article de Domínguez appelle à une prise de conscience de la nécessité de stimuler activement les capacités intellectuelles, soulignant que le développement cognitif nécessite une participation active et ne peut pas compter uniquement sur l’assistance technologique.

En conclusion, l’intelligence artificielle représente à la fois une opportunité et un défi pour notre société. Il est essentiel de trouver un équilibre entre l’utilisation de l’IA comme un outil pour améliorer nos capacités et la préservation de nos capacités cognitives indépendantes. C’est un domaine qui nécessite une réflexion approfondie et une régulation adéquate pour assurer que l’IA bénéficie à la société sans compromettre notre intelligence.

Laisser un commentaire