Le plaidoyer pour l’intelligence artificielle bat des records, avec une augmentation de 185 % par rapport à l’année précédente, alors que les appels à réglementer l’IA se multiplient.

Un nouveau rapport alarmant a été publié, et il révèle que le lobbying en faveur de l’IA a atteint des chiffres records. Selon ce rapport, les entreprises ont dépensé près de 957 millions de dollars rien qu’en 2023 pour faire du lobbying en faveur de l’IA, ce qui représente une augmentation de 185 % par rapport à l’année dernière.

Ce rapport, produit par une analyse d’OpenTrust en collaboration avec CNBC des résultats du lobbying fédéral, montre que cette montée en puissance du lobbying en faveur de l’IA en 2023 a été si massive que les chiffres représentaient une augmentation stupéfiante de 185 % par rapport à ce qui a été observé en 2022. Cela montre une évolution considérable, avec près de 450 entreprises participant activement au lobbying en faveur de l’IA, comparé à seulement 158 entreprises auparavant.

Cette augmentation significative du lobbying en faveur de l’IA survient à un moment où les appels en faveur d’une réglementation de l’IA se multiplient, et où l’administration du président américain Joe Biden commence à codifier ces réglementations. En effet, au début de l’année 2023, les entreprises qui avaient commencé à faire du lobbying voulaient surtout avoir leur mot à dire sur l’impact de la réglementation sur des entreprises émergentes opérant dans le secteur de la technologie. Nous avons également vu des entreprises issues d’industries aussi variées que l’assurance, la finance, la santé, l’éducation, ou encore les télécommunications, se joindre à ce mouvement.

Ce rapport montre également l’évolution rapide de ce mouvement. Ainsi, jusqu’au début de l’année 2017, un nombre encore limité d’entreprises déclarait faire du lobbying en faveur de l’IA (moins de 10%), une situation qui a évolué très rapidement avec pas moins de 330 entreprises différentes faisant pression en faveur de l’IA en 2023. Ces entreprises ont affirmé qu’elles continueraient sur cette lancée en 2024. Parmi les nouveaux entrants, on compte de nombreuses entreprises telles que AMD, TSMC, Disney et Appen, ce qui montre à quel point ce mouvement est large et diversifié.

Face à cette montée en puissance du lobbying en faveur de l’IA, le président Biden a pris des mesures pour superviser et réglementer l’IA. Cela a entraîné une frénésie législative, avec de nombreux groupes industriels et syndicats se plongeant dans un immense document de 100 pages contenant des notes spécifiques sur les priorités ainsi que des opportunités spécifiques. Le NIST a également publié les commentaires publics de nombreuses entreprises sur leur vision de la réglementation de l’IA.

En somme, ce mouvement de lobbying en faveur de l’IA continue de croître de manière soutenue et témoigne de la diversité des entreprises qui y prennent part. Il apparaît clairement que les entreprises font entendre leur voix, cherchant à influencer la réglementation de l’IA pour s’assurer que leurs intérêts sont pris en compte. Toutefois, cette montée en puissance du lobbying en faveur de l’IA appelle à une réflexion sur l’encadrement nécessaire pour éviter tout abus de la part des entreprises, et veiller à ce que l’IA soit réglementée de manière éthique et responsable.

Laisser un commentaire