Le bouleversement SEO de 2024: Google SGE redéfinit les règles du jeu

Comment Google SGE va rebattre les cartes du SEO en 2024

Dans un contexte où la concurrence se multiplie, Google se voit confronté à de nouveaux défis pour maintenir sa suprématie dans le domaine de la recherche en ligne. Face à l’émergence de l’IA conversationnelle ChatGPT, développée par OpenAI, le géant de la recherche a décidé de réagir en lançant sa propre mise à jour majeure : SGE (Search Generative Experience).

Actuellement en phase de test aux États-Unis, en Inde et au Japon, SGE vise à offrir aux utilisateurs des réponses directes formulées en langage naturel. Cette nouvelle interface conversationnelle occupe une place importante entre les résultats sponsorisés (SEA) et les résultats naturels (SEO). Si la pertinence des réponses générées par l’IA est prouvée, cela pourrait réduire l’intérêt des utilisateurs à utiliser des concurrents tels que ChatGPT ou Bing, permettant ainsi à Google de préserver sa position dominante sur le marché de la recherche en ligne.

Cependant, cette évolution majeure de l’expérience de recherche soulève des inquiétudes du côté des éditeurs de sites web. En effet, si Google parvient à extraire l’essentiel du contenu des sites pour formuler ses réponses, l’intérêt des utilisateurs à consulter ces sites sera considérablement réduit. Clément Grandjean, expert en référencement (CPA, Humanoïde), explique que cette mise à jour pourrait entraîner une perte de trafic de l’ordre de 80% pour les sites dépendant du référencement naturel, ce qui se traduirait par une baisse similaire du chiffre d’affaires généré par ces sites.

Pour atténuer l’impact de cette mise à jour, certaines pistes sont évoquées. Toutefois, leur mise en œuvre dépendra des discussions entre Google et les associations d’éditeurs, voire de décisions judiciaires. Cette situation met une fois de plus les éditeurs dans une position difficile, coincés entre les conditions impératives de Google et la nécessité de maintenir leur part de marché face à la concurrence.

Une alternative envisagée pour les éditeurs de sites web est de se tourner vers un autre levier de trafic proposé par Google : Discover. Cette fonctionnalité permet aux utilisateurs d’accéder à un flux personnalisé d’articles, principalement disponibles sur mobile. Google a récemment élargi la plage de publication des articles suggérés, n’hésitant plus à mettre en avant des contenus plus anciens et référencés. Cela pourrait permettre aux éditeurs de récupérer une partie du trafic perdu avec la mise à jour SGE. De plus, Google teste actuellement l’intégration de Discover sur desktop, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités pour les éditeurs.

Cependant, il convient de noter que les contenus consultés via Discover se situent généralement en amont du processus d’achat, lorsque les utilisateurs se renseignent sur un produit ou une thématique. Pour les annonceurs, il est plus complexe de mesurer l’impact réel de ces contenus sur les conversions, car les utilisateurs peuvent être influencés par diverses sources avant de réaliser leur achat. Dans ce contexte, il est possible que Google Shopping, le service d’achat en ligne de Google, joue un rôle prépondérant dans les transactions finales.

Il est encore trop tôt pour prédire précisément les conséquences de la mise à jour SGE de Google, car elle n’a pas encore été rendue publique. Néanmoins, il est clair que de nombreux éditeurs seront impactés, en particulier ceux qui n’ont pas diversifié leurs sources de trafic et leurs revenus. Dans cette nouvelle ère du SEO, il est essentiel pour les éditeurs et les acteurs du web de rester à l’affût des évolutions de Google et d’adapter leurs stratégies en conséquence.

Laisser un commentaire