La ruée des entreprises technologiques vers l’IA : 34 000 emplois supprimés en 2022

Les entreprises technologiques ont pris une décision décisive cette année, supprimant 34 000 emplois afin de recentrer leurs ressources vers des projets liés à l’intelligence artificielle générative (IA). Cette tendance s’explique par une volonté d’investir dans les technologies émergentes pour alimenter la prochaine phase de croissance des entreprises du secteur de la technologie. Des entreprises telles que Microsoft, Snap, eBay et PayPal ont été parmi celles qui ont supprimé des centaines voire des milliers de postes, engendrant un total de 34 000 licenciements au cours de cette année.

Ces suppressions d’emplois s’inscrivent dans une restructuration plus large observée dans 141 entreprises technologiques. Cette stratégie vise à rationaliser les opérations, à favoriser la discipline des coûts tout en réorientant les ressources vers l’innovation, notamment dans le domaine de l’IA. Malgré ces licenciements, les entreprises technologiques continuent d’investir massivement dans l’IA, une tendance confirmée par l’augmentation des dépenses en capital d’entreprises telles qu’Alphabet.

Selon un récent rapport, 37% des chefs d’entreprise utilisant l’IA estiment que la technologie remplacera les travailleurs en 2023. De plus, 44% affirment qu’il y aura des licenciements en 2024 en raison de l’efficacité de l’IA. Cependant, des spécialistes reconnaissent que ces chiffres pourraient ne pas refléter le paysage commercial dans son ensemble, soulignant que de nombreuses organisations traditionnelles et petites entreprises n’adoptent pas la technologie de la même manière que les grandes entreprises.

L’impact de l’IA sur l’emploi divise également les experts, certains prédisant une perte d’emploi significative due à l’automatisation, tandis que d’autres misent sur des améliorations de productivité et de créativité pour les employés grâce à une IA centrée sur l’humain. Cette évolution est toutefois inévitable, les outils d’analyse et de communication ayant déjà réorienté le travail du savoir dans les années précédentes.

Ainsi, malgré les licenciements massifs dans le secteur technologique, l’investissement dans de nouveaux domaines tels que l’IA continue de façon exponentielle. Cette transition vers des technologies émergentes témoigne également d’une réorientation de la main-d’œuvre, et soulève des questions et des inquiétudes quant à l’impact global de l’IA sur l’emploi.

Laisser un commentaire