Alerte du juge en chef de la Cour suprême américaine sur les risques de l’IA dans le système judiciaire et l’importance de la véracité des affaires citées

Le juge en chef de la Cour suprême des États-Unis, John Roberts, a récemment mis en garde contre les dangers de l’intelligence artificielle dans le travail judiciaire, tout en reconnaissant son potentiel à améliorer l’accès à la justice pour les justiciables indigents. Dans un rapport de fin d’année publié ce week-end, Roberts a mentionné que l’IA pourrait révolutionner la recherche juridique, aider les tribunaux à résoudre les affaires plus rapidement et à moindre coût, mais a également souligné les problèmes de confidentialité associés à cette technologie.

Le juge en chef a adopté un ton ambivalent, reconnaissant que l’intelligence artificielle peut être bénéfique, mais soulignant également sa capacité à générer de fausses informations, un phénomène connu sous le nom d’hallucinations plutôt que d’erreur. Il a également noté que citer des affaires judiciaires inexistantes dans des documents légaux est toujours une mauvaise idée, donnant l’exemple de Michael Cohen, ancien avocat de Donald Trump, qui a admis avoir donné par erreur à son avocat de fausses citations générées par un programme d’IA.

Roberts a également souligné que les machines ne peuvent pas remplacer entièrement les juges et avocats humains, car ces derniers sont capables de percevoir des subtilités et de faire preuve de discrétion de manière plus efficace que l’intelligence artificielle.

Le commentaire du juge en chef de la Cour suprême constitue son débat le plus important à ce jour sur l’influence de l’IA sur le droit, et coïncide avec un certain nombre de tribunaux inférieurs aux prises avec la meilleure façon de s’adapter aux nouvelles technologies. Ces tribunaux sont confrontés à la nécessité de s’adapter aux nouvelles technologies capables de réussir l’examen du barreau mais également enclines à générer de fausses informations.

Les partisans de l’IA vantent son potentiel à accroître l’accès à la justice, en particulier pour les justiciables aux ressources limitées. Cependant, comme l’a souligné Roberts, toute utilisation de l’IA requiert prudence et humilité. Des études ont montré une perception publique persistante d’un « écart d’équité entre l’homme et l’IA », ce qui reflète l’opinion selon laquelle les jugements humains, malgré tous leurs défauts, sont plus justes que tout ce que crache la machine.

Dans l’ensemble, le rapport de John Roberts met en lumière les risques et les avantages de l’intelligence artificielle dans le domaine juridique, appelant à une utilisation prudente de cette technologie émergente.

Laisser un commentaire